Taille du texte

Glossaire

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T W X Y Z

Accommodation

Capacité de l’œil à voir nettement des objets à des distances rapprochées grâce à la modification des rayons de courbure du cristallin.

Acuité visuelle

L’acuité visuelle d'un œil en vision de loin est le pouvoir de celui-ci à discerner un petit objet situé le plus loin possible : donc de voir à une distance fixe (en général cinq mètres) un objet sous le plus petit angle possible. L'acuité visuelle se mesure à l'aide d'optotypes (dessins, lettres...) au contraste maximal, pour en faire un test d'exploration de la fonction maculaire.

Addition optique

Puissance optique d’un verre nécessaire à la vision de près qui s’ajoute à la vision de loin.

Amétropie

Perte partielle ou relative de l’acuité visuelle aussi appelée « œil paresseux » chez les enfants, cette baisse de la vision dans un œil résulte d'une mauvaise transmission des yeux au cerveau.

Amblyopie

Perte partielle ou relative de l’acuité visuelle aussi appelée « œil paresseux » chez les enfants, cette baisse de la vision dans un œil résulte d'une mauvaise transmission des yeux au cerveau.

Astigmatisme

L’astigmatisme est une anomalie de courbure de la cornée qui présente une forme irrégulière, ovalaire au lieu d’être ronde. Dans l'astigmatisme, les rayons lumineux se focalisent alors en des points différents en arrière et en avant de la rétine ce qui provoque une déformation de l'image. Par exemple, le sujet atteint d'astigmatisme ne verra nettes que les lignes horizontales ou verticales.

> Retour en haut de page

Échelle de Snellen

Échelle dont la première lettre est un gros « E » utilisée pour déterminer l'acuité visuelle, ou la capacité de bien voir les détails, lors d'un examen de la vue.

Emmétropie

Vision nette et confortable de loin comme de près. Il s’agit du contraire de l’amétropie.

> Retour en haut de page

Bâtonnets et cônes

Minces cellules cylindriques situées dans la rétine, réagissant à la lumière mais incapables de distinguer les couleurs. Très sensibles, elles assurent la vision dans des endroits très faiblement éclairés. Le bâtonnet rétinien est l’expansion externe de la cellule à bâtonnet, neurone situé dans la rétine.

Blépharite

C’est une inflammation du revêtement cutané des paupières habituellement limitée à leur bord libre, évoluant de façon chronique et récidivante.

Blépharospasme

C’est un symptôme qui se manifeste par des contractions répétées et involontaires des muscles des paupières. Par extension, ce terme définit aussi ce même phénomène lorsqu'il touche la région périorbitaire.

> Retour en haut de page

Cataractes

Une cataracte est l'opacification du cristallin de l'œil qui compromet la vue. Cette opacification est responsable d'une baisse progressive de la vue, au début accompagnée de gêne à la lumière. Dans un œil normal, le cristallin est presque transparent et peut changer de forme pour focaliser des objets à différentes distances de l'œil. Lorsque le cristallin perd sa flexibilité et s'opacifie, on assiste à l'apparition d'une cataracte.

Cécité

La cécité est l'état d'une personne privée de la vue. La cécité est une maladie de l'œil. Cette absence de la vue d'un ou des deux yeux est due à des causes multiples.

Champ visuel

C'est l'espace visuel périphérique vu par l'œil. Il s'étend normalement de 60° en haut, 70° en bas et 90° environ latéralement ce qui correspond à un objectif photographique "grand angle" de 180 °. Lorsque le champ visuel est altéré, des zones du champ sont moins sensibles, voire aveugles.

Chiasma optique

Le chiasma optique est la partie du cerveau où les deux nerfs optiques se croisent (ensemble des neurones qui conduisent l’influx nerveux de la rétine au lobe occipital) dans l’encéphale.

Cils

Poils qui bordent les paupières protégeant les yeux contre les agressions externes.

Conjonctivite

La conjonctivite est l'inflammation de la conjonctive, cette mince membrane qui couvre le blanc de l'œil et produit le mucus qui tapisse et lubrifie la surface de l'œil. Une observation minutieuse permet de voir de fins vaisseaux sanguins sillonnant cette membrane. Lorsque la conjonctive est irritée, ces vaisseaux se dilatent et l'œil semble rouge. On dénombre une vingtaine de types de conjonctivite, des plus communes qui ne posent habituellement aucun danger à votre vue ou à celle de votre enfant à long terme aux formes plus tenaces qui résistent aux antibiotiques.

Convergence

Faculté réflexe que possèdent les yeux de fixer simultanément un même point en vision rapprochée.

Cornée

Partie antérieure, transparente, du globe oculaire, en forme de calotte sphérique un peu saillante. Elle joue un rôle optique important car c’est elle qui, avec le cristallin, assure la mise au point des images sur la rétine.

Corps flottants et taches

Si vous voyez une petite tache qui bouge dans votre champ de vision, il s'agit peut-être d'un corps flottant, un minuscule amoncellement de gelée ou de cellules dans le vitré, le fluide gélatineux clair se trouvant dans vos yeux. Le vieillissement, les blessures et la désintégration du vitreux sont les principales causes des corps flottants.

Corps vitré

Sorte de gel transparent et vitreux, en arrière du cristallin, contenu entre la pupille et la rétine.

Correction optique

Combinaison des courbes de la face avant et de la face arrière du verre, elle est mesurée en dioptrie.

Cristallin

Organe situé derrière la pupille qui focalise les rayons lumineux sur la rétine. Le cristallin assure la focalisation et la convergence des images sur la rétine. Son vieillissement est à l’origine de la presbytie.

> Retour en haut de page

Daltonisme

Le daltonisme est une anomalie dans laquelle un ou plusieurs des trois types de cônes de la rétine oculaire, responsables de la perception des couleurs sont déficients. La forme la plus commune étant l'incapacité de distinguer les tons de rouge et de vert.

Dégénérescence maculaire lié à l’âge (DMLA)

La DMLA est une maladie qui détériore la macula, partie centrale de la rétine, entraînant ainsi la perte de la vision centrale et ne laissant intacte que la vision périphérique ou latérale. La personne atteinte commence à moins bien distinguer les couleurs et à percevoir les lignes droites déformées. Elle est la principale cause de perte de vision et de cécité chez les personnes de 65 ans et plus.

Dioptrie

Système optique d’une distance focale de 1 mètre. C’est en dioptrie que l’on mesure le défaut de réfraction (insuffisance visuelle).

> Retour en haut de page

Fatigue visuelle

La fatigue visuelle se caractérise par des picotements, des tiraillements des yeux, une vue brouillée et des maux de tête, le plus souvent en fin de journée.

Fovéa

Petite dépression de la partie centrale de la macula de 2mm de diamètre et située à proximité de l’axe optique de l’œil. Elle nous permet de voir nettement. La fovéa contient environ 50 000 cônes

> Retour en haut de page

Ganglions nerveux

Amas de cellules nerveuses situés dans la rétine et qui transmet les messages provenant des bâtonnets et des cônes aux fibres nerveuses et, par elles, au cerveau.

Glandes lacrymales

Les glandes lacrymales sécrètent des larmes au rythme auquel elles sont évacuées de l'œil par les conduits lacrymaux (puis par les fosses nasales), de sorte que les yeux restent toujours humides. Les gouttes d'eau salée appelées larmes nettoient et protègent l'œil, surtout lorsqu'il est sale, par exemple si une poussière s'y trouve.

Glaucome

Augmentation de la pression intraoculaire, entraînant, en cas de non traitement, une atteinte irréversible du nerf optique et de la rétine, ainsi qu’une altération du champ visuel, c’est à dire une diminution des performances visuelles avec, éventuellement, des maux de tête et des douleurs oculaires.

Globe oculaire

Organe récepteur de la vision en forme de sphère d’environ 25 mm de diamètre quand l’œil est emmétrope (sans défaut de vision). Il est formé de trois enveloppes, la sclérotique, l’uvée et la rétine et d’un contenu : corps vitré, cristallin, humeur aqueuse.

> Retour en haut de page

Héméralopie

Condition communément appelée « cécité nocturne » parce qu'il s'agit de la difficulté à voir dans des conditions de faible luminosité ou d'obscurité.

Humeur aqueuse

Liquide transparent, chargé avec le vitré, de maintenir la pression et la forme du globe oculaire.

Hypermétropie

Aussi appelée hyperopie, l’hypermétropie est un défaut de vision dû à un œil trop court et/ou insuffisamment puissant. L’image se forme en arrière de la rétine, ce qui explique que l’hypermétrope ait une meilleure vision de loin que de près. En cas de faible hypermétropie, la personne voit correctement de loin en compensant son hypermétropie par l’accommodation. En cas de forte hypermétropie, elle n’est plus en mesure de le faire. C’est le contraire de la myopie.

> Retour en haut de page

Indice de réfraction

Permet de caractériser la capacité d’un matériau optique transparent à dévier la lumière et à produire une correction optique. Pour une même correction, plus l’indice est élevé pour le verre est mince.

Iris

Diaphragme qui délimite la pupille. Cette membrane circulaire, qui se contracte en fonction de l’intensité lumineuse, joue le rôle d’un diaphragme. La pigmentation de l’iris est directement responsable de la couleur des yeux. L’iris contrôle la grosseur de la pupille.

> Retour en haut de page

Kératite

Inflammation de la cornée, d’origine microbienne, virale, allergique ou neuro-paralytique. Elle se traduit par une disparition de la transparence et l'apparition d'une fine vascularisation de la cornée. Si l'affection est chronique, la cornée se recouvre progressivement d'une pigmentation brunâtre.

> Retour en haut de page

Larmes

Sécrétion aqueuse et salée produite par les glandes lacrymales.

Lysozyme

Enzyme présent surtout dans les larmes et capable de dissoudre certains germes. C’est une protéine globulaire formée d'acides aminés, que l'on rencontre dans un certain nombre de sécrétions (larmes, salive, lait maternel, mucus...).

> Retour en haut de page

Macula

Portion de la rétine située dans la partie centrale de la rétine. Elle est composée uniquement de cônes directement exposés aux rayons lumineux et permet la vision précise, indispensable à la lecture, ou à la reconnaissance des détails. Il s’agit de la zone d’activité maximale de l’œil. C’est sur elle que l’on amène l’image du point vers lequel on dirige le regard.

Mélanine

Substance pigmentaire foncée qui donne la coloration normale à la peau, aux cheveux et à l'iris. Le rôle principal de la mélanine est la protection pigmentaire contre les radiations UV.

Muscles ciliaires

Petits muscles reliés au cristallin pour effectuer l’accommodation.

Muscles oculaires

Muscles contrôlant les mouvements du globe oculaire.

Myopie

La myopie est un défaut de vision dû à un œil trop puissant, ou trop long. Dans la myopie la focalisation de l'image d'un objet éloigné se forme donc en avant de la rétine et la vision de loin est floue. Par contre, la vision de près est nette. La myopie permet de lire sans lunettes. Plus la myopie est forte plus le texte doit être rapproché.

> Retour en haut de page

Nerfs optiques

Nerf prenant naissance sur la rétine, qui est la membrane qui tapisse la face interne de l’œil et qui contient les cellules permettant aux rayons lumineux d’être captés, puis transformés en influx nerveux pour gagner le cerveau. A cet endroit se réunissent les fibres optiques provenant des cellules nerveuses de la rétine, la papille.

> Retour en haut de page

Ophtalmologiste

L'ophtalmologiste est un médecin spécialiste dans le diagnostic et le traitement des maladies et des anomalies de l'œil et de ses annexes. Par sa formation, il peut faire une évaluation complète de la fonction visuelle et évaluer l'état de santé de l'œil. Il a la formation pour traiter les problèmes qu'il aura identifiés, soit par une approche thérapeutique ou chirurgicale.

Opticien

L’opticien est un professionnel de la vue qui œuvre au sein d’une équipe multidisciplinaire et dont la nature des responsabilités consiste notamment à évaluer les besoins oculo-visuels. Il est, de par sa formation, l’expert en orthèses visuelles. Il conçoit et adapte les paires de lunettes selon les mesures propres à chaque porteur

Optométriste

Professionnel de la vue qui examine les yeux, analyse leur fonction, évalue et traite les déficiences visuelles par un ou plusieurs moyens thérapeutiques mis à sa disposition tels que recommandations, orthoptique (rééducation visuelle), lunettes ou lentilles cornéennes. L’optométriste peut évaluer et traiter les pathologies oculaires comme les conjonctivites ou prendre en charge les urgences mineures comme les corps étrangers en traitant et prescrivant les médicaments appropriés.

Orbite

Cavité osseuse du crâne dans laquelle se trouvent l'œil et ses appendices : le nerf optique, les vaisseaux sanguins ophtalmiques, les muscles et les nerfs oculomoteurs. Le massif facial est composé de deux cavités orbitaires.

Orthoptie / Orthoptiste

Branche de l’ophtalmologie traitant les défauts de la vue par des séances de rééducation et d’entraînement de l’œil. L’orthoptie est une profession paramédicale exercée par un auxiliaire médical, l’orthoptiste qui pratique le dépistage et la rééducation des troubles de la vision.

> Retour en haut de page

Photophobie

La photophobie est une crainte de la lumière due à une sensation visuelle pénible produite par la lumière au cours de certaines maladies. Condition également appelée « sensibilité à la lumière » dont les causes sous-jacentes sont diverses. Elle peut aussi être causée par la prise de nombreux médicaments. Les personnes souffrant de cette condition doivent absolument se protéger les yeux des rayons UV.

Presbytie

Anomalie de la vision due au vieillissement du cristallin qui perd en souplesse et grossit. En se rigidifiant, il se déforme plus difficilement et l’on voit de moins en moins bien de près. À partir de la quarantaine, nul n’échappe à la presbytie ce qui nécessite souvent l'usage de verres de lecture, des verres bifocaux ou de verres progressifs.

Pression oculaire

Pression maintenue à l’intérieur du globe oculaire. Son augmentation est un signe du glaucome.

Protection anti-UV

Sans celle-ci, les dangereux rayons du soleil peuvent endommager vos yeux. Vous devriez donc vous assurer de porter des lunettes qui bloquent à 100% les rayons UVA et UVB.

Ptérygion

Il s'agit d'une excroissance à la surface de l'œil qui est habituellement reliée à l'exposition au soleil. Des conditions de poussière et de sécheresse peuvent également entrer en cause. La protection des yeux des rayons UV est une mesure préventive importante.

Puissance optique

Elle définit la faculté d’un verre ou de lentilles de contact à corriger un défaut visuel et s’évalue en dioptries.

Pupille

La pupille est le trou situé au milieu de l'iris. Il nous apparaît noir étant donné que la majorité de la lumière entrant à l'intérieur de l'œil est absorbée par les tissus, en particulier la rétine. Son diamètre varie en fonction de la luminosité et change de grosseur pour contrôler la quantité de lumière qui pénètre dans l'œil.

> Retour en haut de page

Qualité visuelle

Adaptation de l'œil aux changements de luminosité.

Quantité de vision

Capacité de l'œil à s'ajuster aux différents environnements et aux variances de focalisation associées à une vision floue.

> Retour en haut de page

Rayonnement ultraviolet (UV)

Communément appelé « rayons UV », ce rayonnement est constitué de rayons UVA et UVB provenant du soleil. Les rayons UV peuvent causer différentes conditions ou des dommages oculaires si les yeux ne sont pas protégés.

Réfraction

Changement de la direction de propagation d’un rayonnement, déterminé par les variations de la vitesse de propagation. Terme utilisé pour décrire l’examen optique.

Réfractomètre

Appareil destiné à la mesure automatique de la réfraction de l’œil.

Rétine

Membrane photo sensible au fond de l’œil sur laquelle se forment les images des objets et qui transmet les informations au cerveau. Cette membrane hypersensible joue un rôle essentiel dans la perception des lumières, des couleurs, des détails, des formes et des mouvements.

Rétinopathie pigmentaire

Les rétinopathies pigmentaires sont des maladies génétiques s'attaquant progressivement aux cellules photoréceptrices de la rétine et pouvant conduire petit à petit à la cécité.

> Retour en haut de page

Sécheresse de l'œil

La sécheresse de l'œil, qui se caractérise par des démangeaisons, le brûlement et l'irritation des yeux, est l'un des problèmes les plus communs traités par les professionnels de la vue. Ces symptômes sont habituellement causés par la qualité des larmes qui lubrifient vos yeux. En vieillissant, notre corps produit de moins en moins de l'huile qui retient la couche humide de l'œil. Les climats chauds et arides, la climatisation, certains médicaments et des irritants comme la fumée de cigarette peuvent accroître la sécheresse. Pour aider à réduire le problème, il est possible que votre professionnel de la vue vous prescrive des larmes artificielles ou d'autres types de gouttes.

Sclère

Partie blanche de l'œil composée de tissus fibreux qui protègent l'intérieur de l'œil.

Scotome

Le terme scotome désigne une lacune immobile dans le champ visuel (étendue perçue par le regard quand celui-ci reste immobile) due à l’absence de perception dans une zone de la rétine Sourcils : Ensemble des poils qui suivent l’arcade sourcilière au-dessus de l’œil.

Sourcils

Ensemble des poils qui suivent l’arcade sourcilière au-dessus de l’œil.

Strabisme

Condition aussi appelée « œil dévié » qui se manifeste chez les jeunes enfants et qui se caractérise par une absence de coordination entre les yeux, de sorte que l'un des yeux ou les deux regardent dans différentes directions. Une détection précoce chez l’enfant est indispensable afin d’éviter tout risque d’amblyopie. Il existe trois formes de strabismes:

  • convergent (ésotropie), également appelé « loucherie »
  • divergent ou exotropie
  • vertical, qui se caractérise par un défaut de l’alignement des yeux.

> Retour en haut de page

Tache de Mariotte (papille optique ou tache aveugle)

Correspond à la partie de la rétine où s'insère le tractus optique (nerf optique) qui relaye les influx nerveux de la couche plexiforme interne jusqu'au cortex cérébral, ainsi que les vaisseaux sanguins arrivant à l'œil et quittant l'œil. Dans la pratique il s'agit donc d'une petite portion de la rétine qui est dépourvue de photorécepteurs et qui est ainsi complètement aveugle.

Tension intraoculaire

Pression régnant à l’intérieur du globe oculaire et qui en maintient les parois tendues.

Trachome

Variété de conjonctivite contagieuse due à Chlamydia trachomatis, à l'origine de la première cause de cécité dans le monde et qui se transmet par contact direct ou indirect c'est-à-dire par des vêtements, des mains, des objets de toilette sales, entre autres. Les germes, à l'origine de l'apparition d'un trachome qui sont strictement humains, se transmettent également par l'intermédiaire des poussières et du sable transporté par le vent.

Traitements

Plusieurs types de traitements peuvent être effectués sur les verres correcteurs après surfaçage. La technique de traitement diffère selon l’objet : résistant aux rayures, antireflet (AR), polarisation, coloration, antistatique, antisalissure.

> Retour en haut de page

U.V. (ultraviolet)

Le rayonnement ultraviolet (UV) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde intermédiaire entre celle de la lumière visible et celle des rayons X. Les rayons ultraviolets (U.V.), émis par le soleil, sont invisibles et dangereux pour les yeux car ils entraînent, à long terme, un vieillissement des cellules.

Uvéïte

Inflammation de l’uvée, souvent d’origine infectieuse, pouvant altérer grandement la vision.

Uvée

L'uvée est la partie intermédiaire pigmentaire de l'œil. Elle est la tunique vasculaire qui comprend la choroïde, le corps ciliaire et l'iris. Cette membrane est séparée de la sclère par un espace suprachoroïdien et de la rétine par l'épithélium pigmentaire.

> Retour en haut de page

Verre bifocal (double foyer)

Verre qui corrige deux problèmes de la vue en même temps, comme la myopie et la difficulté à lire. Un segment de la partie inférieure du verre permet de voir de près ; le reste du verre, de loin.

Verre correcteur

Le verre correcteur permet de corriger un défaut de vision. Il résulte une combinaison d’un matériau, de surfaces optiques et de traitements.

Verres à indice élevé

Cette catégorie inclut des matériaux de verres en plastique d'indices de 1,56 à 1,74 (plus le chiffre est élevé, plus les verres sont minces). Ils sont utilisés lorsque des matériaux plus minces ou plus forts sont nécessaires.

Verres minéraux

Résistants à la rayure et à l’abrasion, ils peuvent être "photochromiques" et sont faits de silice et d’un mélange d’oxydes fondus à haute température. Ils sont lourds et cassables mais ont l’avantage de résister à la rayure.

Verres multifocaux

Verres bifocaux et multifocaux qui corrigent plus d'un problème de la vue à la fois, comme la myopie et la difficulté à lire.

Verres organiques

Fabriqués à base de résine "polymérisée", ils sont de très grande qualité optique. Deux fois plus légers que les verres minéraux, ils résistent aux chocs et peuvent être colorés et photochromiques, ils sont cependant plus sensibles à la rayure et doivent être traités.

Verres photochromiques

Verres qui passent automatiquement de l'état clair à l'état foncé en présence de rayonnement ultraviolet (UV).

Verres progressifs

Verres bifocaux ou multifocaux qui n'ont pas de lignes visibles. Verre destiné à la correction de la presbytie dont la puissance varie de manière continue entre la partie supérieure destinée à la vision de loin et la partie inférieure, destinée à la vision de près. Il n’y a pas de rupture optique.

Verres unifocaux

Verres simples foyers utilisés pour la correction des amétropies. Ils peuvent être également utilisés pour la correction de la presbytie mais bien qu’ils permettent la vision de près, rendent floue la vision de loin. La puissance y est la même sur toute sa surface.

Vision périphérique

Capacité de voir les objets en périphérie, sans les regarder directement. Plusieurs problèmes pouvent causer une perte de vision périphérique : le glaucome, l'attaque cérébrale, l'attaque du nerf optique (neuropathie ischémique optique), et tumeur pituitaire.

Vision stéréoscopique

Capacité de voir les objets trois dimensions. La vision stéréoscopique est due, en grande partie, aux neurones binoculaires situés dans le cortex cérébral au niveau des zones spécifiques et primaires du traitement de la vision (Aire V1). Ces neurones binoculaires sont les seuls neurones à recevoir l'influx nerveux de deux neurones homonymes de la rétine via la chaîne neuronale.

> Retour en haut de page

Creative Commons License
Optometry Glossary by Geriche & Scaff is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 Unported License.
Based on a work at http://www.greiche-scaff.com/en/glossary-of-terms/.
  • Votre tranquilité d'esprit

  • I-Cam Eyestyler

  • Examen de la vue

  • Solution 1h

  • Marques